logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

25/09/2006

Brésil - 7 - Manaus

Encontro das aguas..La rencontre des eaux.

En aval de Manaus, deux importantes rivières se rejoignent, le Rio Negro, et le Rio Solimöes.

Comme leur nom l' indique le premier à ses eaux d' un noir d' encre, l' autre une eau chargée de limon

medium_file0314.jpg

Le Rio Negro fait environ 5 kilomètres de large, et quand les deux affluents se rejoignent et commencent à former le fleuve Amazone, il fait déjà presque 10 kilomètres de large.

Nous partons faire un tour en bateau, en passant par des petits rios, des enclaves formant comme des bassins, et ou il y a pas mal de petits pécheurs..

medium_file0316.jpg

et on remarque déjà sur ces deux photos la couleur des eaux, différente selon que nous sommes sur un rio qui se jette dans l' un où l' autre des deux fleuves.

Et nous arrivons au confluent des deux rivières ou l' on distingue la ligne de partage des eaux

medium_file0317.jpg

 

Le mélange de ces deux rios se fait sur une dizaine de kilomètres pour des raisons simples quand on les connait:Le Rio Negro fait 43 mètres de profondeur, et le Rio Solimöes seulement 17, et ceci en période de basses eaux

Tout est différent dans ces deux Rios: la vitesse d' écoulement, la densité de l' eau, la température, le Ph et la profondeur font que ce mélange ne se fait pas comme ça!

medium_file0318.jpg
medium_file0319.jpg
Le bateau s' est mis au ralenti, et au sonar, force est de constater qu' en quelques mètres la profondeur n' est pas du tout la même!
et quand nous avons fait un arrêt au dessus de cette ligne cela donne la photo qui suit
medium_file0320.jpg
Et ce n' est pas de l' huile ou un dégazage!
Ensuite , toujours en bateau, nous sommes partis vers un restaurant sur un ponton au milieu du fleuve.
Avant de s' y retrouver un peu de retour en arrière!
Manaus a été fondée en 1669 par les Portugais, en pleine jungle habitée par les indiens Manaos d' ou son nom Manaus. En 1850 la ville est encore un village perdu dans la jungle quand intervient l' aventure du caoutchouc. On ne peut pas parler de découverte car les civilisations précolombiennes exploitaient depuis longtemps la sève de l' hévéa pour en faire un jeu sacralisé ou le perdant était mis à mort, il fallait lancer la balle de caoutchouc dans un but ( pourquoi pas le début du foot!!!!!)
mais la découverte fut l' usage qui pouvait en être tiré, coïncidant entre autres avec l' industrie automobile. Jusqu' à la Belle-Epoque, ou la population de Manaus décupla, ce fût l' âge d' or de Manaus, produisant d' un côté des fortunes insolentes et de l' autre le monde misérable des " seringueros ", tout un peuple qui recueillait dans la jungle la précieuse sève de l' hévéa!
Mais un anglais, Wickham, réussit à se procurer des graines qui furent emmenées en Malaysie, dans un climat similaire, et ce fût l' effondrement de Manaus qui resta longtemps dans sa léthargie.
Aujourd' hui, il y a une zone franche très laborieuse, le tourisme, et un retour à des traditions culturelles.
 L' exploitation inconsidérée de la forêt et le " traitement " des indigènes
semblent appartenir au passé.

17:40 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (11)

24/09/2006

Brésil - 6 - Manaus

A l' escale de Porto Velho, nous avons déjà eu un aperçu de la chaleur humide!

medium_file0308.jpg

Toute cette partie de la forêt Amazonienne survolée est immense, du vert à perte de vue, les " rios " innombrables et majoritairement de couleur ocre, mais aussi de nombreuses traces de déboisement par le feu, avec d' immenses nuages de fumée!

Et puis l' arrivée à Manaus, ou un couple de Brésiliens fort sympathique nous attendait...c' est bien d' avoir des amis un peu partout!

Le 1er soir, installation à l' hôtel, puis dîner poisson évidemment avec eux!

medium_file0309.jpg
et après ballade sur le bord du Rio Negro
( on dit comme en Angleterre the river Thames et non comme nous la Seine ,
sans y mettre rivière devant)
ou il y a plein de mouvement et d' ambiance
avec des spectacles de danse, et autres, non pas pour touristes mais pour les promeneurs du soir!
medium_file0310.jpg
Le Rio Negro a une amplitude de 17 mètres entre la saison sèche et la saison humide,
ce qui fait que les quais sont flottants et que tout ce qui est sur le fleuve comme des restaurants, de nombreuses stations services pour les bateaux, sont également sur des appontements flottants.
Le Rio fait 5 km de large à cet endroit là, ce qui n' est que le dixième du fleuve Amazone à son embouchure!
Le lendemain, au réveil, un petit tour au marché..
vous voulez des bananes?
medium_file0311.jpg
et le port à côté ou arrivaient les pécheurs
medium_file0312.jpg
medium_file0313.jpg
Ensuite une ballade formidable en bateau sur le Rio Négro à la rencontre du Rio Solimoes, à l' endroit appelé " encontro das aguas"
la rencontre des eaux

16:00 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (7)

23/09/2006

Brésil - 5 - São-Paulo

Nous sommes arrivés à São-Paulo où des amis nous attendaient à l' aéroport,

à mi octobre 2000 pour un voyage de deux mois.

Trois aéroports dont un où les avions rasent  les petites maisons en début de piste et passant partiellement au dessus de la ville!

Nous sommes restés quelques jours à SP, le temps de revoir les amis que nous avions quittés des années en arrière mais qui nous rendent visite à chaque fois qu'ils viennent en Europe.

Le temps de voir aussi l' agrandissement de cette ville, notemment les quartiers d' affaire flambants neuf, de voir que la pollution toujours présente n' est plus celle affreuse que j' avais connu, que les embouteillages sont comme partout ailleurs, rien de nouveau de ce côté là, que les rivières que l' on voit en périphérie sont toujours presque autant polluées, que les rues " à la mode " ne le sont plus , d' autres les ont détrônées, que l' artère représentative de la ville " L' Avenida Paulista " ne l' est plus vraiment..has been, mais son musée y est toujours, que l' immense parc de Ibirapuera est toujours aussi beau, que les favellas sont toujours là bien présentes,

medium_favela-1.jpg
medium_favela-2.jpg
et celles-ci sont déjà bien, si on peut employer ce mot!
d' autres sont faites de tôles récupérées, de bois, de carton, de briques
et souvent des immeubles neufs se construisent à proximité.
mais il y a un endroit qui n' a pas changé
le club ou nous allions presque tous les week-end
et ou les enfants et moi nous faisions de l' équitation et du tennis
medium_le_club_santa_paula.jpg
Il y a aussi la mer au plus près par une superbe autoroute qui descend la montagne
et l' endroit toujours à la mode: Guaruja
medium_guaruja.jpg
mais il suffit d' aller un peu plus loin, la mer est aussi belle , le sable aussi fin
medium_la_mer_vers_guaruja.jpg
et le soir un peu partout d' ailleurs ici, de superbes couchers de soleil
medium_coucher_de_soleil.jpg
Nous sommes allés aussi à l' intérieur des terres, toujours dans l' etat de SP
à Mococa
medium_mococa-1.jpg
medium_mococa-2.jpg
nous ne sommes pas restés longtemps à SP..
c' est une ville qui n' a que très peu de repères.
Il n' y a pas comme en France de petites places, églises, monuments, enfin de points de repère que tout le monde peut connaître
et quand je suis arrivé, au début, j' y ai perdu beaucoup de temps entre me perdre, les embouteillages etccc..pas de gps!
Le centre , ça va encore, mais dès que l' on sort du centre, point de repères!
nous avions pris un pass qui nous permettait d' aller ou nous voulions à condition de ne pas refaire deux fois le même trajet
car les distances sont très longues et un saut de puce, ça fait tout de suite 800 ou 1000 km!
et l' avion, avec un pass c' est très économique et moins fatiguant que l' autobus!
Direction Manaus avec escale à Porto Velho en pleine forêt .
Itinéraire:
Sp- Manaus
Manaus-Bélem
Bélem- São Luiz do Maranhão
São Luiz - Fortaleza
Fortaleza- Natal
Natal-Recife
Recife- Salvador de Bahia
Salvador - Porto Séguro
Porto Seguro- Belo-Horizonte
Belo-Horizonte- SP- Florianopolis
Floranopolis-Foz de Iguaçu
Foz de Iguaçu-SP
SP-Paris
Pas d' arrêt à Rio...mais on en parlera quand même!

16:30 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (4)

22/09/2006

Brésil - 4 - Géographie

Devise: Ordre et Progrès
medium_drapeau_bresilien.png
La République fédérative du Brésil
 est le pays le plus peuplé d'Amérique latine et le cinquième plus grand pays du monde par sa surface. Sa superficie est de 8 514 876 km², soit environ 15 fois la France. Il se situe dans la partie centrale et du nord est d'Amérique du Sud. Il possède des frontières au nord avec le Venezuela, le Guyana, le Surinam et le département d'outre-mer français de la Guyane française ; il est bordé au nord-est, à l'est et au sud-est par l'océan Atlantique, sur plus de 7 360 km. Il partage ses frontières au sud avec l'Uruguay, au sud-ouest avec l'Argentine et le Paraguay, à l'ouest avec la Bolivie et le Pérou et au nord-ouest avec la Colombie. Les seul pays d'Amérique du Sud qui ne possédent pas de frontières avec le Brésil sont le Chili et l'Équateur. Le Brésil possède, en plus de la partie continentale de son territoire et des îles proches de la côte, quelques petits groupes d'îles et d'îlots dans l'Atlantique : les Rochers de Saint Pierre et Saint Paul, Fernando de Noronha, Trindade et Martim Vaz ainsi que les petites îles de corail appelées Atoll des Roches
medium_retour_de_fete.2.jpg

Géographie du Brésil

Le relief du pays est dominé par le plateau brésilien, vaste zone de hauts plateaux, et par le bassin du fleuve Amazone. Les hauts plateaux érodés occupent la majeure partie de la moitié méridionale du Brésil. D'une altitude moyenne de 305 à 915 m, ils sont entrecoupés de chaînes montagneuses et de nombreuses vallées.

Parmi les grandes chaînes du plateau brésilien figurent notamment la Serra da Mantiqueira, la Serra do Mar ou encore la Serra Geral. Leur altitude moyenne est inférieure à 1 200 m, mais plusieurs sommets culminent à des altitudes plus élevées. C'est le cas du mont Bandeira, dans la Serra da Mantiqueira qui atteint 2 890 m ou encore le Pedra Açu à 2 232 m dans la Serra do Mar. La végétation de ces hauts plateaux est essentiellement formée de savane appelée campos.

Au nord, le bassin de l'Amazone occupe plus du tiers du pays. Dans cette zone basse le fleuve irrigue une immense plaine marécageuse recouverte de forêts vierges appelées selvas.

Au nord de l'Amazonie se trouve une autre région montagneuse qui fait partie du massif des Guyanes. De faible altitude, cette région comprend la Serra Tumucumaque qui culmine à environ 900 m d'altitude, la Serra Acaraí avec une altitude maximale d'environ 460 m et la Serra Parima qui s'élève à près de 1 500 m. C'est dans cette région, à la frontière vénézuélienne, que se trouve le Pic da Neblina, point culminant du Brésil avec 3 014 m.

Plus des deux tiers du Brésil sont drainés par les fleuves Amazone et Tocantins. Le Río de La Plata et ses affluents irriguent également un cinquième du pays et le reste par le fleuve São Francisco et de plus modestes cours d'eau. L'ensemble formé par l'Amazone et ses immenses ramifications (le Negro, le Japurá, le Putumayo, au nord, le Javari, le Purus, le Juruá, le Madeira, le Tapajós, au sud) ainsi que par le Tocantins constitue un système de navigation fluviale comparable seulement à celui formé par le Mississippi aux États-Unis. De sa source à Iquitos, au Pérou, à son embouchure sur la côte nord-est du Brésil, l'Amazone est long de 6 280 km. Il est navigable sur 3 700 km par des cargos de haute mer. En raison de son immensité, le Brésil possède des climats très divers, depuis le climat tropical au climat subtempéré.

Bien que les terres cultivées ne représentent que 62 millions d'hectares, soit moins de 7,5% de la superficie totale du pays, le Brésil est une grande puissance agricole. Grâce à la forêt amazonienne qui couvre près de 5,7 millions de km2, il dispose d'immenses ressources en bois. Il possède également de nombreuses richesses minérales parmi lesquelles le quartz, le diamant, le chrome, le charbon, le manganèse, le pétrole, le titane, l'or, la bauxite, le zinc, le mercure, le minerai de fer, le mica, l'étain ou le phosphate.

                                                                                                                                                                            sources internet

Bientôt, départ pour São-Paulo...

10:05 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (8)

21/09/2006

Brésil - 3 - Un peu d' histoire

L' HISTOIRE DU BRESIL

medium_carte_du_bresil.jpg

Le navigateur portugais Pedro Alvares Cabral a découvert le Brésil en 1500. Cinq millions d'individus occupaient le pays à son arrivée. C'est à partir de 1501, après le compte-rendu d'expédition d'Amérigo VESPUCCI, que l'Europe prend conscience de la découverte du quatrième continent et de l'étendue de ses richesses. Depuis, divers cycles d'exportation ont dominé le développement économique du Brésil. Le premier de ces cycles est basé sur l'exportation du «pau brasil» arbre précieux qui prolifère sur l'ensemble du pays d'ou l'on extrait des colorants textiles de couleur rouge. Très vite, les colonisateurs portugais, pratiquant depuis de nombreuses années le trafic négrier et désireux de développer l'exportation de canne à sucre, importent une main d'oeuvre africaine importante, la main d' oeuvre locale asservie se révélant plus efficace dans l'extraction du pau brasil que dans les travaux agricoles. Durant le 17 ième siècle, les explorateurs s'emploient à découvrir l'intérieur du pays, ainsi l'or et les diamants produits par les mines du Minas Gerais assurent leur fortune et permettent l'essor de l'art baroque Brésilien.

En 1807 quand Napoléon envahit le Portugal, le roi de Dom João VI du Portugal n'a d'autre alternative que de fuir au Brésil où la cour portugaise s'installe et s'emploie à recréer une ambiance « à l'Européenne». Plus tard, lors de la défaite de Napoléon, le Portugal, le Brésil et l'Algarve deviennent un royaume uni avec RIO comme capitale. Dès 1821, le roi Dom Joao de retour au Portugal, nomme son fils Dom Pedro, Prince Régent du Brésil. L'indépendance est finalement proclamée par Dom Pedro I (fils de Dom João's) en 1822. Il devient le premier empereur du Brésil et abdique une dizaine d'années plus tard en faveur de son fils Dom Pedro II qui règne jusqu'en 1889. Au cours de la deuxième moitié du 19ème siècle, le Brésil diversifie ses exportations en commercialisant un nouveau produit, le café qui va très rapidement dominer les autres exportations et faire la richesse et la puissance de ses exploitants. Aujourd'hui, le café est toujours la principale source de revenu du Brésil. L'abolition de l'esclavage en 1888 précipite la fin de l'empire qui intervient en 1889, à la suite d'un coup d'état militaire, soutenu par la puissante aristocratie du café, renverse l'empire brésilien. Pendant les 40 années suivantes, le pays est gouverné par une série de présidents civils et militaires, exerçant un pouvoir autoritaire.

Dès lors, on assiste aux premières grandes vagues d'immigration afin de pourvoir à la main d'ouvre, nécessaire au développement des diverses exploitations ; près de trois millions d'européens (italiens, suisses, allemands, espagnols, portugais, slaves) vont ainsi s'installer au Brésil et contribuer à l'essor commercial du Brésil en développant l'exploitation du café. Entre temps, la révolution libérale propulse Getulio Vargas au pouvoir. Il se suicide en 1954, au cour d'une tourmente politique, après l'attentat orchestré contre son principal opposant.

En 1960, le président Jucelino Kubitschek élu quatre ans plus tôt, porté par des slogans ambitieux (« cinquante ans en cinq »), inaugure la nouvelle capitale « Brasilia » au cour du pays , en pleine région désertique. C'est le début d'une nouvelle conception urbaine et d'une inflation tant crainte par l'ensemble de la population, bercée par un nouveau rythme musical : la Bossa Nova.

Très rapidement, (dès 1964) un pouvoir dictatorial s'instaure dans le pays.

 Dans le milieu des années 80, le Brésil est en plein « miracle économique », soutenu en grande partie par des prêts accordés par diverses banques internationales.

En novembre 1989, les Brésiliens ont pour la première fois, depuis presque 30 ans, la possibilité d'élire un président par suffrage universel : Fernando Collor de Mello, ancien champion de karaté est élu, promettant de combattre la corruption et de réduire l'inflation. Au bout de ses trois années de mandat, le pays est dans une situation critique, la corruption est à son comble, la violence règne dans toutes les grandes villes du pays, les populations rurales et urbaines connaissent un appauvrissement important.Il est destitué.

 En décembre 1992, le vice-président Itamar Franco accède au pouvoir. Epaulé par son ministre des finances Fernando Henrique Cardoso, il instaure « le Plan Réal » , dernier recours contre l'inflation, qui stabilise l'économie Brésilienne et lui permet d'accéder à la présidence du Brésil fin 1994 et est réélu en 1998. La situation économique s'améliore sans pour autant faciliter la vie de l'ensemble des brésiliens : huitième économie mondiale,le Brésil est paradoxalement le pays où la distribution des richesses est la plus inégale du monde (rapport des Nations unies -1996) il en résulte un nombre, toujours en expansion, d'exclus. Aussi, le constat de Fernando Henrique Cardoso est plus que jamais d'actualité : « Le Brésil n'est pas un pays sous développé mais un pays injuste ».

Fin 2002, le Pésident Lula, ancien syndicaliste, du PT , Parti des Travailleurs, est élu mais il doit faire face aux lobbies et clans financiers, et ne peut mettre en oeuvre les réformes agraires et autres qu' il aurait souhaitées, mais il a cependant amorcé de sérieuses avancées pour les " sans terre " et a surpris positivement dans son ensemble, bien que son Parti et des membres de son gouvernement soient mêlés eux aussi à des scandales de corruption!

Terre de paradoxe ou la corruption demeure une manière de vivre ou de survivre, ceci en dépit des tentatives diverses pour l'éradiquer.

medium_file0302.jpg

Quelques dates :

 15OO : découverte du Brésil dans un endroit qui fut appelé Porto Séguro et ou fut construite la 1ère église,  par le navigateur portugais Pedro Alvares Cabral.

 1530 : arrivée des premiers esclaves africains.

 1694 : découverte d'or dans le Minas Gerais.

 1763 : la capitale du pays devient RIO de janeiro.

 1822 : Pedro 1 proclame l'indépendance et devient le premier empereur du Brésil.

 1831 : Pedro 1 abdique en faveur de son fils de cinq ans.

 1840 : la majorité de Pedro II est proclamée à 14 ans, il devient le deuxième empereur.

 1888 : « La loi d'or » abolit l'esclavage.

 1889 : proclamation de la république et départ définitif de pedro II.

 1930 : ascension de Getulio Vargas au pouvoir.

 1954 : suicide du président Vargas.

 1960 : inauguration de Brasilia par le président Jucelino Kubitschek

 1964 : Coup d'état - début de la dictature militaire

 1985 : retour à la démocratie

 1992 : président Fernando Collor déchu pour corruption

 1994 : élection de Fernando Henrique Cardoso, réélu en 1998

 2003 : élection de Luiz  Inacio Lula da Silva fin 2002

Sources: internet


 

 

10:00 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (8)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique