logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

04/12/2006

La Corse-3

Avant de quitter Cargèse en matinée,

nous sommes allés visiter les deux églises qui sont face à face.

L' une est une église catholique, l' autre une église catholique de rite orthodoxe Grec.

Le prètre fait les deux offices, un dimanche dans une église, l' autre dimanche dans l' autre!

medium_dscn3394.jpg
medium_dscn3396.jpg
Mais il est peut-être intéressant de se rappeler l' histoire de la Corse à travers les âges.
( source internet )
·  Les phéniciens
Ce sont les Descendants des bâtisseurs de menhirs de tours.
Après avoir fondé des comptoirs commerciaux dans plusieurs îles, ils rencontrent logiquement la Corse sur leur route. Les creux du Cap Corse et les criques de la Balagne répondent à leurs besoins.
·  Les grecs de Phocée
Les Grecs vagabondent eux aussi dans la méditerranée.
Les Phocéens, chassés par la pression des Perses, essaiment sur la côte Provençale, puis sur le rivage Corse, face à l'Etrurie.
Tout un petit peuple d'émigrants s'établit, avec femmes, enfants et statues des dieux. C'est Alalia (Aléria) qui naît, fille de Phocée.
·  La Fondation d'Aleria
Des Grecs de Phocée, en Asie Mineure furent les premiers hommes civilisés à découvrir la Corse.
Alalia ne ressemble pas aux villages Corses, faits de rochers et de huttes. Elle aligne de vraies demeures au long de rues et de places dessinées par des urbanistes.
les Corses de l'intérieur sont refoulés dans la foret et le maquis, Les Grecs occupent le littoral, ils vendent le miel, la cire et la résine.
·  Etrusques et Carthaginois
La Corse éveille d'autres appétits. Les Carthaginois, héritiers des Phéniciens, colonisent la Sardaigne et rêvent d'étendre leur empire marchand sur la Corse.
A la suite d'une bataille que rapporte Hérodote, Carthaginois, Etrusques et Phocéens se mêlent sur le sol Corse, et jusque dans Alalia, comptoir cosmopolite.
L'occupation Carthaginoise fut particulièrement dure, ils détruisirent tout ce qu'il y avait dans les deux îles (Sardaigne et Corse).
·  Rome et Pax Romana
C'est à Alalia que Rome livre son premier assaut. La ville est prise et détruite.
Cependant, la vraie conquête est entreprise vingt ans plus tard. Les Corses de la montagne résistent: il faudra cent ans pour venir à bout de ceux qui, dans leur maquis, refusent la paix de Rome (Pax Romana).

Le Moyen Age

· La ruée des barbares
Après le long entracte romain, la Corse est atteinte par le déferlement des tribus germaniques, elle est tour à tour la proie des Vandales et des Lombards.
Ils sont quelques milliers à s'adjuger l'île par le massacre et la terreur.
·  Les Sarrasins
Des Sarrasins (les Maures) d'Espagne et d'Afrique du nord envahirent l'île à partir du VIIIe siècle, et , pendant 300 ans environ la maintinrent coupée du continent Européen, dans un état d'alarme perpétuel et d'anarchie.

La Corse génoise

·  Occupation pisane
Les désordres que connait la Corse encouragent les tentatives de domination extérieure de Pise et de Gênes.
Les papes accordent à l'évêque de Pise l'investiture des évêques corses. Pise règne et gouverne.
Le gouvernement des pisans fut par tous extrêmement loué.
Mais Pise affaiblie par des querelles internes dut alors faire face aux convoitises Génoises.
La Corse devient Génoise pour six grands siècles.

·  Domination génoise
La Corse appartenait désormais à Gênes en dépit du Saint Siège qui en 1297 essayait de la lui arracher pour la donner à la maison d'Aragon
L'île est divisée en dix provinces.
Ayant conquis la Corse, Gênes s'en désintéressa alors momentanément puisqu'elle ne s'en est appropriée que pour des raisons stratégiques.

·  La guerre de Corse
Une révolution se prépare et est sur le point d'éclater avec à sa tête Sampiero Corso allié aux Français et aux Turques. Une puissante escadre mi-génoise, mi-espagnole, embarqua alors la plus forte armée que Gênes est jamais mise en ligne. Gênes reprit alors le contrôle de l'île.
Le royaume de France envisage de se séparer de la Corse. On en vint donc à la signature d'un traité très critiqué où la France rend dans sa totalité la Corse à Gênes.
Le combat de Sampiero devient alors solitaire, il parvient cependant à occuper la majeur partie de l'île.
Mais les trahisons commencent à se manifester dans ses rangs, et une conspiration aboutira à la mort de Sampiero
Ainsi s'achevait une guerre longue et cruelle.

·  150 ans de présence génoise
La Corse connaît un long intermède de cent cinquante ans de Paix.
Le royaume de Corse, est soumis à l'autorité d'un gouverneur Génois. Ce dernier instaura un système juridique et pénal qui n'était guère équitable. Les impôts instaurés frappent les plus démunis.
Pendant cinquante ans (1587 à 1638), les Corses seront victimes d'une véritable spoliation. Cette trop grande colonisation sera à l'origine du prochain conflit.

La Guerre d'indépendance

·  La rébellion contre gênes
En novembre 1729, les premières émeutes apparaissent.
Gênes accordera alors au peuple Corse certaines concessions garanties par l'Empereur.
Mais ces dernières ne seront pas jugées suffisantes et la rébellion reprendra quelques mois plus tard, sous le commandement cette fois de Giacinto Paoli (père de Pascal Paoli).

·  Les interventions françaises
la première intervention vit les troupes Françaises alors alliées à Gênes débarquées en Corse. C'est le départ en exil des chefs de la rébellion
La seconde intervention française aura lieu plusieurs années après, et le marquis de Cursay administrera l'île pour le compte de Gênes. Plus tard, Cursay sera renvoyé en discorde et s'établira alors une régence présidée par Clémente Paoli. Régence qui verra le rappel en Corse de Pascal Paoli exilé alors avec son père en Angleterre.

·  Pascal Paoli, général de la nation
Pascal Paoli sera élu Général de la Nation, il créera une marine qui lui permettra de soumettre plusieurs région insulaire
Corté deviendra la capitale de la Corse, une université y sera créée.
Bien que Pascal Paoli continuait à correspondre avec le Duc de Choiseul dans l'espoir d'assurer l'indépendance de la Corse, Gênes, à travers le traité de Versailles cèdera à la France la souveraineté de l'île.

·  La Corse française
Le traité de Versailles est signé. Gênes y cède la Corse à la France. Pascal Paoli, quittera la Corse. Napoléon Bonaparte naîtra un mois plus tard.
L'administration, de caractère despotique, confie peu de postes aux Corses sauf dans les échelons subalternes de la magistrature.
Les tentatives de développement agricole et industriel sont peu efficaces. Les impôts directs, pèsent surtout sur les pauvres.

De 1790 à nos jours

·  Le royaume anglo-Corse
Pascal Paoli fera son retour en Corse en Juillet 1790. Il sera élu commandant en chef des gardes nationales Corses et par la suite président du Conseil général du département.
Fin mai, une consulte à Corté condamne le gouvernement français et proclame Paoli "Père de la Patrie". Ses partisans s'imposent à Ajaccio et saccagent la maison Bonaparte.
En Janvier 1794, le Royaume anglo-corse sera proclamé à une consulte à Corté et sa Constitution promulguée.
Sir Gilbert sera désigné comme vice-roi, au grand mécontentement de Paoli qui soulèvera alors une émeute et s'exilera pour l'Angleterre.
Sir Gilbert recevra alors plus tard l'ordre d'évacuer la Corse. Des troupes de l'armée Napoléonienne d'ltalie occuperont par la suite l'île sans rencontrer d'opposition.

·  La Corse et Napoléon
En Décembre, une coalition de Corses exilés, royalistes, Paolistes et pro-anglais, vont susciter un soulèvement avec l'appui de la Sardaigne et de la Russie.
Napoléon, dont l'alliance avec Alexandre 1er avait été rompue, entreprit la campagne de Russie qui prit fin avec la retraite désastreuse de Moscou. Déchu par le Sénat, Napoléon abdiquera et sera exilé à l'île d'Elbe.
Un dernier soulèvement Bonapartiste verra ensuite le jour, c'est la "guerre du Fiumorbo".
Les hommes et les femmes du Fiumorbu seront les derniers acteurs de la Corse des profondeurs, toujours conquise, jamais soumise. Avec eux, c'est l'adieu aux armes définitif.

·  La première guerre mondiale
La Corse devient une terre d'asile pour les réfugiés: 4.000 serbes et syriens bénéficient d'une généreuse hospitalité; ils sont répartis dans les villes et les villages.
A la fin des hostilités l'île est atteinte dans sa vitalité. Aux pertes en vies humaines s'ajoutent les départs massifs. Le déclin économique s'accentue.

·  La seconde guerre mondiale
Après la défaite et l'armistice de juin 1940. La Corse est occupée par les troupes italiennes. 80.000 soldats pour 220.000 habitants prennent position jusque dans le moindre village.
Les soldats réquisitionnent des maisons et accaparent une partie du ravitaillement.
Fred Scamaroni, en liaison avec la France Libre du Général De Gaulle, établit les premiers contacts avec Londres dès le printemps 1941.
Le 8 septembre 1943, à l'annonce de la capitulation de l'Italie, les Corses se soulèvent. Libérée par la seule action des patriotes et des Forces Françaises Libres, l'île devient une base pour la poursuite des opérations en Italie puis pour le débarquement en Provence
.
medium_dscn3395.jpg
L' église orthodoxe
Après la visite des églises nous sommes partis direction Calvi par cette petite route de la côte, où il n' y a pas 50 mètres sans un virage, mais une route étroite c' est sur et en excellent état, malgré ce que j' avais lu ici et là.
Nous nous somme arrêtés à Porto Orta.
medium_dscn3397.jpg
medium_dscn3398.jpg
et un peu plus loin nous avons fait un moment plage..de galets!
medium_dscn3404.jpg
medium_dscn3403.jpg
Et suit un point de vue magnifique
medium_dscn3408.jpg
Les différentes couleurs de l' eau, en fonction du fond marin
medium_dscn3411.jpg
medium_dscn3412.jpg
Dommage qu' il y ait toujours ce voile brumeux!
Nous nous sommes arrêtés à la nuit tombante au lieu-dit " Le Fango "
un petit hôtel -restaurant très sympa, un peu avant Galéria.
C' était tenu par une famille très gentille, le paton qui nous offre évidemment un Cap-Corse
qui nous parle de sa région, de sa chasse, il a tué un sangler ces jours-ci et il sera sur la table ce soir!
Soirée agréable et très " nature "
et une petite myrthe pour finir la journée!

14:25 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Après la lecture de ta note si belle et si documentée, je vais me rerererererereplonger ds "Astérix en Corse "
un monument à mes yeux, et à ma cervelle!
Bonne nuit, et merci du beau voyage, tant pis pour le voile brumeux;me gêne pas! Framboisine

Écrit par : framboisine | 04/12/2006

Miam, miam, du sanglier. J'espère qu'il était bon, aussi bon que tes belles photos qui nous font rêver.
Amitiés
et bonne suite pour ton voyage....
Amitiés
Jean-Louis

Écrit par : Jean-Louis | 04/12/2006

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique